Recherche

Hippothese

Alep, ou la honte et l’impuissance

Ce soir, hier, tous les jours depuis des semaines on assiste à ce qui se passe à Alep, en Syrie en général, avec des yeux grands ouverts et embués de larmes. Des yeux hier soir rivés sur nos fils twitter où apparaissaient les uns après les autres les messages de détresse, les derniers appels à l’aide, l’incompréhension qu’aucun secours ne soit apporté.

Et les Adieux. Des adieux de personnes qui savent qu’elles vont mourir. Sous les bombes, d’une balle, ou d’un coup de poignard qui sera porté par les soldats de Bachar al-Assad. Elles savent que sans doute, elles ne survivront pas aux prochaines heures. Lire la suite

Publicités

N’en déplaise à ceux qui n’ont que la haine.

darkness

C’était déjà pas une bonne semaine. Mon moral et ma foi en l’humanité avaient déjà pris un sacré coup, et même si heureusement je suis entourée de personnes formidables qui me permettent de sourire, de rire, et de savoir qu’il reste de la beauté dans ce monde, je suis déjà à fleur de peau. Lire la suite

Les douces ondes.

p1100388

Soyons honnêtes : il est 1h35 du matin, un vendredi soir, je suis assise sur mon lit, fatiguée de cette longue et passionnante semaine, et je ne peux pas ôter ce sourire de mon visage. Il doit y avoir quelque chose, un truc non ? Lire la suite

Chronique d’un retour à pied, de nuit à Paris.

mk2-quai-de-loire

Il est 3h47. Spoiler : je viens d’arriver chez moi, saine et sauve.

Je contextualise un peu. C’est samedi soir, je suis sortie boire des pintes avec les copains. On a fini dans un karaoké, à chanter Sous le veeeeeent à tue-tête et c’était chouette. Et puis le bar a fermé, vers 2h. L’heure de rentrer chez soi.  L’heure de faire un choix. Je check mon téléphone : uber galère, heetch aussi. Allez, Mirabelle n’habite pas très loin, je peux marcher 30 minutes avec elle, et ensuite j’aviserai. Lire la suite

Mes stylos et mes mots

IMAG0058-2.jpg

English version below.

J’ai envie de reprendre la plume. Ça fait à peine deux semaines que je n’ai pas touché à mon clavier, à mes stylos. J’en ai profité pour faire plein d’autres choses parmi lesquelles voir mes copains, rigoler beaucoup parce que les éclats de rire c’est la vie et qu’on a besoin de faire le plein de vie en ce moment, lire aussi.

Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑