Recherche

Hippothese

Dakar, bouillante et douce à la fois

Je suis partie en reportage à Dakar pendant trois semaines. La première étape d’un projet que j’espère plus long, dont je vous parle sur madmoiZelle.com.

Assise sur un banc de cordes, les pieds dans le sable. En fond sonore une radio qui diffuse péniblement un air de reggae usé, mélangé au son d’une guitare que l’on gratte à quelques mètres de là.

Dakar peut être douce finalement. La ville, que j’avais trouvée étouffante à mon arrivée, a comme fini de me submerger. Elle m’embrasse désormais.

Lire la suite

Publicités

C’est la rentrée !

(Oui, j'ai décidé de vous mettre une banale photo de mes vacances pour illustrer ma rentrée. Parce que la cohérence avant tout.)

J’ai fait mes devoirs et préparé mes habits. J’ai des livres plein mon sac, et pas moyen de trouver le sommeil. C’est normal, demain c’est la rentrée. Lire la suite

A nous deux, l’Atlantique.

p1100450
Cap de Bonne Espérance, Afrique du Sud, Décembre 2015. © Esther Meunier

Et c’est reparti pour un tour. Un tour de quoi un tour de tout un tour de oui ça fait cinq ans qu’on se tourne autour qu’on se prend la main qu’on s’égare qu’on se rattrape. On ne se refait pas. Mais on est là, les pieds bien ancrés dans le sol cette fois.

Lire la suite

L’heure bleue

ben-mazue

© Léopold Jacqueline 

Il y a des soirées comme ça qui vous remplissent d’énergie et d’émotion. Ce soir, c’était l’une d’entre elle. Il y a plein de belles choses qui se sont produites en quelques heures. Mais ce dont je veux parler, surtout parce que vous pouvez aussi en profiter, c’est du spectacle de Ben Mazué. Lire la suite

Alep, ou la honte et l’impuissance

Ce soir, hier, tous les jours depuis des semaines on assiste à ce qui se passe à Alep, en Syrie en général, avec des yeux grands ouverts et embués de larmes. Des yeux hier soir rivés sur nos fils twitter où apparaissaient les uns après les autres les messages de détresse, les derniers appels à l’aide, l’incompréhension qu’aucun secours ne soit apporté.

Et les Adieux. Des adieux de personnes qui savent qu’elles vont mourir. Sous les bombes, d’une balle, ou d’un coup de poignard qui sera porté par les soldats de Bachar al-Assad. Elles savent que sans doute, elles ne survivront pas aux prochaines heures. Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑